Sondage et veille internet - Savoir pour décider
Sondage et veille internet  -  Savoir pour décider

Terrorisme : 67 % des Français ne font pas confiance à Hollande.  

Selon une enquête Ifop pour Le Figaro, 67 % des personnes interrogées au lendemain de l'attentat de Nice n'accordent pas leur confiance au président et à son gouvernement pour faire face et lutter efficacement contre le terrorisme. 81 % des Français interrogés se disent prêts à accepter davantage de contrôles et une certaine limitation de leur liberté.

 

Le dévissage de l'exécutif sur cette question brûlante est d'autant plus net que les quatre baromètres précédents de l'Ifop, réalisés entre les 8 janvier 2015 et le 5 janvier 2016, avaient situé cette confiance entre 49 % et 51 %. En six mois, le pouvoir a donc perdu seize points de confiance. Si un Français sur deux estime la France en guerre, 81 % des sondés sont également prêts à accepter davantage de contrôles et une certaine limitation de leurs libertés.

 

Source : Le Figaro, 17/07/2016

L'analyse et les commentaires qui suivents n'engagent que le média Boulevard Voltaire.

​Article :

Sans confiance, rien n’est réalisable. C’est vrai dans tous les domaines. Dans sa classe, un professeur, fût-il savant et pédagogue, peine à transmettre son savoir s’il n’établit d’abord un rapport de confiance avec ses élèves. C’est encore plus vrai en politique, pour qui prétend gouverner l’État : quand le pilote du navire n’inspire pas confiance, les officiers, s’ils ne sont pas serviles, ou les passagers exigent qu’il soit remplacé.

Un sondage IFOP, publié dans Le Figaro du 18 juillet, nous apprend – ou, plutôt, nous confirme – que 67 % des Français ne font confiance ni à François Hollande ni au gouvernement pour lutter contre le terrorisme. Faut-il s’en étonner ? 

[...]

Quand le gouvernement répète qu’il faut s’attendre à d’autres attentats et qu’il faut vivre avec, quand il cherche des excuses pour occulter ses erreurs – en expliquant que le terroriste de Nice n’était pas fiché, sinon pour un acte de délinquance -, quand il ne désigne les auteurs des attentats que du bout des lèvres, il fait preuve d’imprévoyance, de négligence et d’irresponsabilité.

[...]


Les Français attendent d’un homme politique qu’il parle vrai : qu’il dise ce qu’il pense et qu’il pense ce qu’il dit, qu’il dise ce qu’il fait et qu’il fasse ce qu’il dit. Qu’il troque la langue de bois contre le langage de la vérité. Qu’il fasse preuve de discernement et reconnaisse ses erreurs, quand il en commet. Qu’il s’entoure de personnes compétentes, soucieuses de l’intérêt général, non de leur carrière. On a beau chercher, on ne trouve guère trace de ces qualités au gouvernement.


Lorsqu’on n’inspire plus confiance, qu’on n’est plus respecté, qu’on suscite même le mépris, le seul moyen de retrouver quelque considération est de prendre les devants, démissionner spontanément, provoquer des élections. Sans quoi, on partira, contraint et forcé, la tête basse, sous les huées !


Source : Boulevard Voltaire

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Copyright © Octobre 2016 Infostats Tous droits réservés. Sondage Veille >Contact

Appel

Email